( 27 mars, 2013 )

chapitre 16

Chapitre 16

 

Les jeunes et l’équidé s’étaient enfin restaurés après les dernières aventures qu’ils venaient de vivre. Repus et reposés, ils étaient prêts à reprendre la route. L’aile de Equélius grâce à l’onguent trouvé près de la rivière pouvait de nouveau fonctionner et il pouvait de nouveau voler sur de petites distances à condition qu’on ne le monte pas. Il ne supportait pas encore d’avoir du poids sur sa croupe.

- Que ca fait du bien de voltiger, s’extasiait t il sans cesse sous les yeux émerveillés des enfants.

Ils le voyaient faire des petits piqués, monter haut dans le ciel, se mettre la tête à l’envers afin de revivre des sensations oubliées. Equélius était heureux et son bonheur se répercutait sur le groupe qui ne cessait de rigoler en le voyant faire.

- Ca fait du bien de le voir comme ça, lança Liberty en souriant et en le contemplant faire une pirouette dans les airs.

- Je suis tout à fait d’accord avec toi, acquiesça  Sauveur. Il s’éclate littéralement dans les airs.

Les jeunes continuaient gaiement leur chemin et examinaient par la même leur environnement proche. Des espèces de sauterelles jaunes  sautaient devant eux en les saluant poliment, des lapins bleus  avec de toutes petites oreilles ridicules cueillaient  des espèces de fruits orange pour les manger. Ces lapins, outre leur couleur, mesuraient près de un mètre et avaient une queue de chien qu’ils remuaient quand ils étaient contents. Bien qu’inoffensifs, ils étaient très impressionnants à regarder. Le groupe se fit donc très discret quand ils passèrent près d’eux. Des oiseaux à quatre ailes multicolores volaient à proximité d’Equélius. Le ballet dans les airs de tous les animaux réunis ressemblait à un feu d’artifice tant les couleurs étaient  vives.  Les enfants poussaient parfois un bosquet rouge qui leur cachait la vue pour découvrir des arbres ou des plantes avec des formes originales. Ils rigolèrent quand ils perçurent un arbre avec le feuillage en forme de fesses et un autre en forme de visage avec un immense nez. Chacun disait que l’arbre-visage ressemblait à l’autre.

Dans cette ambiance, le temps passait très vite et les kilomètres aussi.  Le paysage changeait ostensiblement.  Il y avait de plus en plus de petites montées et  de descentes comme s’ils étaient sur des collines. La température aussi commençait à chuter, la fraîcheur se faisait ressentir.

Liberty ressortit à un moment la carte de la reine des fées afin de se situer. Elle fut rassurée de voir qu’ils ne s’éloignaient pas de leur objectif et qu’ils étaient sur le bon chemin. Ils se rapprochaient du prochain lieu écrit sur la carte : les montagnes infinies.

-                    On doit aller aux montagnes infinies, déclara Liberty tenant toujours    la carte entre ses mains.

Les jeunes garçons et Equélius se rapprochèrent d’elle pour regarder le plan sommaire.

- Je pense qu’il va falloir qu’on se fabrique des vêtements un peu plus chauds que ce qu’on a sur le dos actuellement, sinon on risque d’avoir très froid. Après tout, dans les montagnes il fait  toujours frisquet.

Les jeunes étaient partis faire leur randonnée pour se trouver leur abri sur la colline de Meulan juste en tee-shirt et en pantalon de jogging. Sauveur avait mis un nouveau bas Nike rouge avec un haut Adidas bleu, son copain avait fait l’inverse le haut était rouge mais le bas était bleu, quant à Liberty, elle s’était habillait en vert. Elle leur avait dit en rigolant que c’était pour se confondre avec la nature. Avant de tomber dans le tunnel, il faisait en surface une température très agréable grâce à un beau soleil de mai. Le climat en sous-terre n’avait jusque là posé aucun problème puisqu’il était sensiblement pareil. A côté d’eux se trouvaient de grandes herbes relativement sèches. Devil proposa aux autres de rouler ces dernières afin de s’en servir d’isolant. Le but était d’augmenter le volume d’air prisonnier dans le vêtement. Il avait lu cette astuce dans un guide de survie. Il prévint les autres cependant de faire attention que l’herbe ne soit pas à même la peau et de bien vérifier s’il n’y avait pas d’équivalent de tiques qui pourraient se fixer sur la peau et insidieusement leur sucer le sang, voir leur transmettre la maladie de lyme ou tout autre maladie invalidante. Il fallait faire de même pour les chaussures.  Heureusement pour eux, leurs vêtements étaient amples ce qui leur permettaient de mettre pas mal d’herbes et donc d’éviter de prendre froid pour la suite.

La petite mouche les guettait toujours de ses  six yeux  salivant d’avance ce qu’il allait se passer quand ils croiseraient le monstre que son maître leur avait envoyé. Il entrevoyait déjà leur panique quand la jeune fille essaierait d’utiliser sa baguette pour les protéger mais sans succès puisque le dernier sort possible avait été annulé par son maître bien aimé. Il rigolait d’avance en silence de peur de se faire remarquer.

 

 

 

 

 

 

Le groupe décida de sustenter un peu avant d’attaquer les zones froides de peur de ne plus trouver de nourriture. Ils s’arrêtèrent près d’un petit torrent au courant moyen. Parfois,  de petits poissons sautaient hors de l’eau et les saluaient poliment. Certains engageaient la conversation leur demandant ce qu’ils faisaient dans un endroit aussi éloigné, d’autres leur donnaient des conseils pour traverser plus facilement les montagnes infinies. Tous étaient dans l’ensemble sympathiques et curieux. Les enfants étaient émerveillés par ces poissons d’un autre monde dont les nageoires pectorales et pelviennes leur servaient comme des bras pour s’accouder sur le bord de la rive et discuter tranquillement. Equélius était également d’une aide précieuse pour guider les jeunes sur ce qu’il était possible de manger ou non. Rassasiés, les compagnons s’endormirent  tranquillement pour faire la petite sieste avant de reprendre leur route avant la nuit.

A peu près vingt minutes après, un bruit important se fit entendre qui réveilla tout le monde en sursaut.

- Mais qu’est ce que c’est que ce raffut, demanda inquiète Liberty.

- Je ne sais pas mais c’est super impressionnant, cria Devil en se bouchant les oreilles.

- Je vais voir, hurla Equelius qui s’éleva aussitôt dans les airs.

Les jeunes pressentaient que quelque chose de grave allait se passer. Ils rangèrent en vitesse les affaires dans le sac à dos et se tinrent près à déguerpir selon les nouvelles que leur apporterait leur ami cheval. Quand Equélius revint et que les enfants virent sa mine angoissée et effrayée, ils surent d’emblée que quelque chose de terrible approchait.

-         Courez, courez, leur hurla l’équidé. C’est un ettin.

-         Un ettin ? s’époumona  Sauveur ? C’est quoi ?

Au même instant,  des branchages  s’ouvrirent brusquement laissant place à un être immense à deux têtes. Son aspect était effrayant, tout en muscle.  Les deux têtes avaient des visages peu attrayants. Il avait des dents jaunes et cariées dans une bouche large, des cheveux longs, un nez épaté et de grands yeux noirs. Il dégageait en outre une odeur répugnante.  Les deux têtes fonctionnaient indépendamment mais il était clair que la droite était celle qui dominait la créature. Il était armé d’un gourdin à la main droite qu’il balançait maladroitement de gauche à droite.

- Ne cherche pas et fuis, s’écria Devil.

Le groupe courait le plus vite possible essayant de distancer le monstre mais celui-ci avec ses grandes jambes les rattrapait petit à petit. Complètement paniquée, Liberty ne pensa même pas à sa baguette. Elle filait le plus rapidement que ses jambes lui permettaient de le faire.

-  Je vais faire quelque chose, clama Devil tout enjambant des obstacles.  Ne vous occupez pas de moi et continuez à détaler. Faites ce que je dis si vous voulez qu’on s’en sorte vivants. J’espère que cela va marcher. Equélius, tu viendras me rechercher après afin que je puisse rejoindre les autres.

Le jeune homme se dissocia du groupe et pris une autre direction. L’ettin surprit par la décision du jeune homme s’arrêta. Il ne savait pas quelle direction prendre. Les deux têtes regardaient dans des directions opposées et ne savaient pas quelles personnes suivre. Cette pause permit aux deux groupes de le distancer de nouveau un peu. Elle ne fut, hélas, que de courte durée  puisque le monstre se remit à courir. Il décida de suivre Devil. Ce dernier courait le plus vite possible. Sur le chemin, il avait remarqué quelque chose qui pouvait leur sauver la vie à tous. Il fallait juste retrouver ce qu’il cherchait. C’était l’unique chance de survivre. Il sentait l’abominable individu qui se rapprochait. Il sentait presque son odeur répugnante et cela commençait à lui lever l’estomac. Il se parla à lui-même pour ne pas laisser tomber et s’encourager. Il fallait absolument qu’il retrouve l’endroit.

- Allez Devil bon sang. Réfléchis. Ce n’était pas loin.

L’Ettin hurlait de toutes ses forces heureux de pouvoir entendre les pas de sa proie à proximité.

- Super, jubila le jeune homme, content d’avoir retrouvé enfin ce qu’il cherchait.

Un énorme invisibilus remplis de feuilles se tenait face à lui. Devil se cacha promptement à l’intérieur de son feuillage. Tout en marchant avec le groupe tout à l’heure et en voyant l’arbre, il s’était rappelé de ce que leur avait appris Liberty concernant ses propriétés.  Il permettait de rendre invisible et avait sauvé plus d’une fois les fées blanches contre les êtres noirs et le terrible Bousemat. Il bénissait le végétal d’être là pour lui sauver la vie. Imperceptible, le jeune homme retenait son souffle quand il vit le géant de quatre mètres tout à côté de lui. Ses deux têtes immondes tournaient dans tous les sens pour essayer de trouver celui qu’il cherchait. Tout doucement, le garçon se pinça les narines pour éviter les effluves nauséabondes du monstre. Il avait peur de vomir et se faire découvrir. L’homme colossal aux deux têtes respirait et essayait en vain de sentir l’odeur de sa victime. Mais, il n’y arrivait pas car l’invisibilus était entouré par des arbres aux fleurs de couleurs rouges, orange et bleues ultra odorantes qui surpassaient toutes les autres fragrances. Déboussolé par ces excès d’émanations, il poussa un grognement qui fit trembler Devil et mit un grand coup de gourdin sur un des arbres au parfum entêtant. Ce dernier fut déraciné en un coup. Le jeune homme fut heureux qu’il ne choisisse pas l’invisibilus pour déchainer sa colère. Une fois son courroux passé, les deux têtes regardèrent dans la direction opposée au groupe de Liberty et se remit à marcher lourdement. Le danger était passé. Ils étaient sains et saufs et ce, grâce à un arbre magique.

 

( 28 février, 2013 )

Rentrez dans l’univers fantasy

Qui n’a pas rêvé un jour d’être une fée, un petit lutin voir un troll?

Qui n’a jamais voulu découvrir un univers meilleur avec des objets extraordinaires et hors du commun?

Je pense que tout le monde un jour ou l’autre a voulu avoir des supers pouvoirs pour avoir accès à des choses que d’autres non pas.

Ce site est créé pour tous ceux là.

Il permettra de parler des différents livres lus et de donner des avis.

Il vous permettra également que vous me donniez votre avis sur un roman fantasy que je suis en train d’écrire et qui s’appelle « l’autre monde – l’élue » tome 1. Toutes les critiques me seront importantes et me donneront la possibilité de changer des écrits grâce à vous en vue pourquoi pas un jour, d’être publiée.

 

Bienvenue dans un monde magique où tout ce qui vient de l’ordinaire devient extraordinaire.

( 28 février, 2013 )

Bonjour tout le monde !

Bienvenue dans unblog.fr. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis lancez-vous !

|